13/03/2019

Les pointes noires


Les Pointes noires

          Une myriade de thématiques intégrées dans un récit de 170 pages ! Et tout ça, sans que l'on ait l'impression qu'elles tombent comme un cheveu sur la soupe. Eve, le personnage principal, est née au Mali. Elle vit au sein d'un orphelinat depuis que ses parents sont morts du sida. Elle s'est liée d'amitié avec Hawa, séropositive, et mise de côté par les sœurs qui s'occupent de l'orphelinat. Au hasard des programmes TV diffusés pendant la sieste, elle surprend une fois un documentaire sur la danse classique qui deviendra sa grande passion. A l'âge de six ans, un couple de français arrive à l'orphelinat en vue de l'adopter. Le début est difficile, le couple vient la voir plusieurs fois, les moments de visite s'allongent afin que la petite Eve s'habitue à sa future nouvelle vie. La voilà maintenant en France, pratiquant la danse classique et travaillant d'arrache-pied pour préparer le concours d'entrée à l'Opéra National de Paris. Son chemin va être semé d'embûches: après le départ en congés maternité de sa professeur de danse, c'est la descente aux enfers car sa remplaçante fait preuve d'une certaine intolérance vis-à-vis de sa couleur de peau ... qui ne répondrait pas aux critères esthétiques de la danse classique. Ainsi humiliée et rabaissée, Eve avale pourtant ces remarques sans en faire part à personne et travaille doublement chez elle ... négligeant sa santé. Il faudra en arriver au malaise pour qu'elle parle enfin de ce qu'elle traverse. 

         J'avais précédemment lu un roman de Sophie Noël: La Saveur des bananes frites paru également chez Magnard. Ces deux romans sont agréablement surprenant car abordant des thèmes très variés, pas forcément faciles, en l'espace d'un nombre de pages assez limité. Indéniablement une auteure à suivre. 

Les pointes noires
de Sophie Noël
Editions Magnard
Novembre 2018

06/03/2019

La peau dure

 "Moi, j'écoutais tout ça et je trouvais qu'il parlait bien. Il raisonnait juste. J'aurais pas su arranger ça si bien mais c'était tout à fait ce que j'aurais voulu pouvoir dire. "


          C'est l'une de ces pensées que nous délivre Clara - l'une des trois protagonistes du livre- tandis qu'elle est victime d'une véritable injustice. Placée en tant que bonne chez un couple charmant qui prendra sa défense, Clara, comme ses deux autres sœurs dont on découvrira les monologues, est issue d'une famille modeste. Mises à la rue par leur belle-mère après que leur père se soit remarié, Clara et ses sœurs devront se débrouiller pour pouvoir s'en sortir. Clara a trouvé une maison dans au sein de laquelle ses patrons lui font confiance bien qu'elle va se retrouver quelques mois en prison à cause d'un avortement; Jacquotte, elle, a hérité de la fragilité de santé de sa mère. D'abord mariée à Henri, ils filent le parfait amour mais le mariage se solde par un divorce. Jacquotte va devoir se battre pour ne pas être déchue de ses droits maternels à l'égard de sa fille. Enfin, il y a Louison. Plus légère, elle vit au dépend d'un homme qui traîne dans des affaires qui sont souvent à la limite de la légalité. La peau dure est un formidable récit qui trouve encore une grande résonance aujourd'hui (le texte date de 1948). Bien qu'il raconte l'histoire de trois femmes, jetées dans un monde d'hommes et fait par des hommes, victimes de leurs lois; parce que ces trois personnages sont d'origine modeste (cette modestie est brillamment retranscrite au travers du langage de ces trois femmes), le texte aujourd'hui peut connaître cette même force car il parle au fond de tous les laissés pour compte de la société. 


La peau dure
de Raymond Guérin
Editions Finitude
Octobre 2017

27/02/2019

Robinson le vendredi


Robinson le vendredi


          Dans ce roman, l’auteur Philippe Limon donne son interprétation de l’histoire de Robinson Crusoé. Développé en trois parties (Robinson, Vendredi, Defoe), on suit les aventures de Robinson : le naufrage, le réveil sur l’île, les années de survie, la rencontre avec Vendredi, le retour à Londres et la rencontre avec Daniel Defoe. Naufragé, ne sachant pas où l’île sur laquelle il a échoué se situe exactement, il se pare à la plus évidente des éventualités : assurer sa survie le plus longtemps possible. Ce qui implique d’apprendre à connaître l’île, à apprivoiser chèvres et cochons pour se nourrir, à trouver des moyens d’améliorer son mode de vie sur l’île, à vivre simplement. Un jour, un groupe d’indigènes arrive sur l’île et Robinson, pris entre l’envie de les chasser et sa protection, observe ce qu’ils font. C’est avec dégoût qu’il découvre après leur départ les os de leur prisonnier, dont ils se sont repus. Des mois après ils reviennent. Avec un autre prisonnier. Cette fois, Robinson lui évite le pire. C’est ainsi qu’il fait la connaissance de Vendredi. Il lui apprend l’anglais, lui parle de la vie à Londres, et apprécie d’avoir enfin un compagnon pour parer à la solitude avec laquelle il avait appris à vivre. Ses récits de Londres font rêver Vendredi alors quand enfin un navire approche de l’île, ils embarquent et déjà Vendredi s’éloigne de Robinson. Le capitaine du navire se révélera être un précieux ami pour Robinson lors de son retour et de ses entrevues avec l’écrivain Daniel Defoe qui veut s’inspirer de son récit pour écrire son nouveau roman.

          J’ai été passionnée par ce récit, et voir chez le personnage de Robinson autant de sang-froid et de raisonnement pour entamer sa vie sur l’île. Je n’ai pas lu les livres de Michel Tournier, mais d’après ce que j’ai pu lire sur d’autres avis ou blogs, certains détails sont repris que ce soit chez Tournier ou chez Defoe. Le personnage évolue, vit avec des souvenirs d’un Londres qu’il ne retrouvera pas à son retour et qui marqueront un décalage profond et un malaise qui feront sentir à Robinson qu’il n’est plus à sa place dans cette ville qu’il n’a pas vu changer. Le titre choisi joue parfaitement sur l’ambiguïté du vendredi pour désigner aussi bien le jour de la semaine ou notre héros retrouver Defoe pour lui raconter ses aventures, et le nom de son compagnon d'infortune. On retrouve cette réflexion autour de l’homme civilisé et de l’homme sauvage et ce Robinson est l’illustration du triomphe d’un de ces hommes. 


Robinson le vendredi
De Philippe Limon
Magnard
Septembre 2018

20/02/2019

Nos éclats de miroir



          Dans ce roman, nous suivons Cléo. Elle se qualifie elle-même de discrète et est qualifiée par sa (meilleure) amie Bérénice comme « pas jolie ». Cléo, depuis longtemps, a développé un véritable goût pour l’écriture. C’est donc tout naturellement qu’elle a commencé un journal intime. Ce journal intime a quelque chose de particulier puisqu’elle s’adresse à Anne Frank, dont elle a été touchée en lisant son journal. Cléo s’est fait la promesse d’arrêter l’écriture de ce journal le jour où elle aurait le même âge qu’Anne Frank à sa mort. On voit ainsi les mois s’égrener et on fait plus ample connaissance avec cette jeune fille, réservée, rêveuse mais qui garde une blessure, que l’on découvrira plus grande encore chez sa grande sœur, Melissa. Depuis le CM2, Bérénice est sa meilleure amie. Plutôt jolie, très axée sur l’apparence, directe : elle est l’exacte opposée de Cléo.
          Dans son journal, Cléo raconte son amitié avec Bérénice, l’évolution de leur relation ; Dimitri, ce jeune homme dont elle est amoureuse. Elle nous offre là tous ses éclats de miroir, ses questions sur ce qu’on renvoie autres, ce que les autres perçoivent de nous, comme autant de fragilités offertes o cachées. Et toujours en signant ces lettres du prénom « Kitty », celui auquel Anne Frank s’adressait dans son journal.


Nos éclats de miroir
De Florence Hinckel
Nathan
Janvier 2019

16/02/2019

Mon challenge de lecture 2019

          Cette année encore, je me suis lancée dans un challenge de lecture. J’ai choisi 20 critères en tout. L’intérêt pour moi n’est pas tant de conformer mes lectures à ces critères que de voir si les lectures que j’ai choisi entrent dans le champ de ces critères. Ainsi, je ne me contraint pas à lire des textes en adéquation avec les critères, je ne fais que constater si mes lectures collent avec eux. Si l’intégralité des ces critères ne rencontre pas son livre, je modifierai mes conditions l’année suivante.

          Voici les critères choisis cette année :

  1. Un roman adapté au cinéma

  2. Un roman de science-fiction

  3. Un livre qui traîne dans ma PAL depuis des mois

  4. Un livre traduit d’une autre langue que l’anglais

  5. Un polar nordique

  6. Un grand classique

  7. Un livre qui se passe dans un autre monde

  8. Une pièce de théâtre

  9. Un livre d’un auteur asiatique

  10. Un livre qui se passe à au moins deux époques différentes

  11. Une BD figurant parmi les nominés du prix FIBD d’Angoulême 2019

  12. Un roman historique dont l’action est antérieure à 1970

  13. Un livre qui met à l’honneur la condition féminine ou une femme en particulier

  14. Un livre de contes, de mythes ou de légendes

  15. Un livre récompensé par un prix littéraire

  16. Un livre avec un nombre dans le titre

  17. Un livre comportant une période de la journée dans le titre

  18. Le prochain tome d’une série que j’ai débuté

  19. Un livre écrit par un auteur de la région

  20. Un livre écrit par un auteur indien


          J’ai déjà quelques idées pour certains critères. Tandis que pour d’autres, je ne suis pas sûre de remplir le contrat. Mais qu’importe : L’important est de se mettre au défi. Vous êtes vous aussi lancés dans un challenge de lecture ? Quels critères avez-vous sélectionné ?

23/01/2019

Des Nuits de sang et d'étoiles






Des nuits de sang et d'étoiles

Ósa vit sur l’île de Skane, sur laquelle le peuple auquel elle appartient s’est réfugié il y a des siècles de cela. La Déesse de cette île communique avec les humains au moyen de lumières qu’elle envoie et qui présagent différents phénomènes. Lorsque le ciel se pare de vert, cela signifie que la Déesse es heureuse. Lorsqu’il se couvre de bleu, il annonce la neige. Et lorsqu’un jour le ciel s’illumine de rouge, les habitants redoutent l’arrivée imminente de la peste comme ce fut le cas dix-sept ans auparavant et qui a coûté la vie à la mère d’Ósa, peu après sa naissance. Depuis, Ósa vit avec la culpabilité de sa mort, et les comportements dur de son père et haineux de sa sœur sont loin de l’apaiser. Heureusement, Ósa a trouvé un ami fidèle et précieux en Ivar, un jeune chanteur de runes. Alors, quand au cours d’une expédition, ils découvrent des inscriptions runiques sur les murs d’une grotte leur indiquant qu’il est possible de communiquer avec la Déesse, Ósa n’hésite pas une seconde à se proposer et traverser les dangers de la forêt enneigée pour demander l’aide de la Déesse pendant que le restant des villageois se prépare à affronter les Ør, ceux-là mêmes qui les avaient persécutés des siècles auparavant.

Dès le commencement du récit, l’auteure nous plonge dans la mythologie et les croyances de ce peuple que l’on va suivre redouter et braver des épreuves. Aux noms et aux êtres surhumains invoqués, on pense forcément à la mythologie scandinave et à ses géants. Ici, Lisa Lueddecke s’inspire de cette mythologie pour en créer une propre à son roman. On ressent également une forte empathie pour le personnage d’Ósa à qui on ne mène pas la vie facile mais qui a une incroyable volonté de se battre et de survivre. 


Des Nuits de sang et d’étoiles
Lisa Lueddecke
Auzou
Octobre 2018


Challenge lecture réalisé: 7. Un livre qui se passe dans un autre monde

16/01/2019

Nevermoor T1 Les défis de Morrigane Crow

Nevermoor - tome 01 : Les défis de Morrigane Crow

La jeune Morrigane est née le jour du Merveillon. Ce qui signifie malheureusement deux choses: primo, elle est considérée comme une enfant maudite, ce qui n'arrange pas les affaires de son papa politicien; deuzio, elle est condamnée à mourir le jour de ses 11 ans.
Le jour de ses 11 ans, quelques heures avant minuit, un inconnu, Jupiter Nord, la sauve et l'emmène dans le monde magique de Nevermoor. Pourquoi ? Parce qu'il détecte en elle un talent que l'on n'a plus vu depuis longtemps à Nevermoor. Dès lors, Morrigane va devoir passer différentes épreuves testant sa sincérité à intégrer Nevermoor, son courage, sa ténacité, tout en découvrant les spécificités de ce monde où les meubles se transforment en fonction de l'humeur et où les chats sont doués de parole. Jessica Townsend pose dans ce premier tome tous les ingrédients d'une série qui promet d'être addictive, faisant gentiment penser à Harry Potter mais détenant toute l'originalité pour créer un univers qui lui est propre.

16/05/2018